LE GUIDE ULTIME

La gouvernance de l’architecture d’entreprise

Tout ce que vous devez savoir sur la gouvernance de l’architecture d’entreprise (AE), les cadres associés, ainsi que les rôles et les responsabilités. Découvrez comment vous pouvez développer une gouvernance de l’AE durable !

Qu’est-ce que la gouvernance de l’architecture d’entreprise ?

La gouvernance de l’Architecture d’entreprise (AE) est une pratique qui englobe les aspects fondamentaux de la gestion d’une entreprise. Elle nécessite une direction rigoureuse, une connaissance complète de la structure organisationnelle, une direction certaine, et l’activation de processus informatiques efficaces afin de promouvoir les stratégies d’une entreprise.

Cependant, si elle est distillée dans un seul domaine, l’objectif de la gouvernance de l’AE est d’harmoniser les exigences architecturales d’une entreprise dans un ensemble compréhensible de politiques, de processus, de procédures et de normes qui garantissent que la vision et les normes d’une organisation sont en phase avec les exigences réelles de l’entreprise.

Il ne s’agit pas d’une discipline académique détachée de la réalité actuelle ; elle ne repose pas non plus sur des spéculations concernant ce qui se passe ou ce qui ne se passe pas. La gouvernance de l’AE fait partie intégrante du déploiement et du maintien des stratégies métiers.

Et il s’agit d’une tâche sans fin à bien des égards.

Sans gouvernance de l’AE, une organisation a des chances de tomber dans un vaste réseau de technologies non normalisées, d’achats et de développements de mauvais produits et d’architectures monolithiques (« silos »). Ces habitudes auront inévitablement un impact financier et opérationnel à long terme, créant des problèmes de collaboration et de normalisation de plus en plus difficiles à corriger au niveau de l’entreprise.

Avec un modèle de gouvernance de l’AE, une opération peut réaliser d’importantes économies et obtenir les avantages suivants :

  • Plus de clarté dans les rôles et responsabilités grâce à la supervision de l’administration
  • Une prise de décision claire et rapide pour surmonter les défis grâce à une transparence et une responsabilité supérieures
  • Une cohérence architecturale grâce à une conformité simplifiée
  • Une gestion pertinente et pratique de l’architecture d’entreprise par des méthodes pragmatiques
  • Une valeur métier de l’architecture élargie et accrue sur l’ensemble de l’entreprise
  • L’incitation à présenter des visions larges des architectures auprès de nouveaux publics
  • La priorisation des bonnes activités dans les efforts de l’architecture
  • La visibilité des zones d’amélioration afin de déterminer de vraies bonnes pratiques

Ne confondez pas gouvernance de l’AE et gouvernance informatique. La gouvernance informatique est le processus qui rend efficace et efficiente le recours à l’informatique en vue d’atteindre les objectifs d’une organisation. Le tableau ci-dessous explique mieux cette différence :

EAITGovernance

La gouvernance de l’AE ne relève pas de la simple responsabilité des dirigeants informatiques (DSI & CTO) mais également des dirigeants de l’entreprise (avec le soutien des architectes d’entreprise, des architectes de domaine, des experts du sujet et d’autres équipes d’assistance présentes dans l’organisation).

Contexte de la gouvernance de l’AE

Conceptuellement, la gouvernance de l’AE est une approche, un groupe de processus, une orientation culturelle et un ensemble de responsabilités qui garantissent l’intégrité et l’efficacité des architectures d’une organisation.

Le diagramme ci-dessous représente les trois composants clés qui composent le cadre de la gouvernance de l’AE.

EA Governance Framework

Pour qu’une gouvernance fonctionne correctement, les trois éléments doivent travailler de concert. L’approche indépendante du contenu garantit la flexibilité du cadre. Par ailleurs, les processus sont généralement indépendants du contenu et mettent en œuvre une approche éprouvée des bonnes pratiques en matière de gouvernance.

 

Cadre de la gouvernance de l’AE

Un cadre de gouvernance solide, qui prend en charge la mise en œuvre et la gestion d’une architecture d’entreprise, est nécessaire pour qu’une organisation atteigne ses objectifs d’AE.

Le cadre de gouvernance pour maintenir l’architecture d’entreprise se compose des éléments suivants :

  • Structure organisationnelle
  • Rôles et responsabilités
  • Processus
  • Standards et recommandations
  • Métriques
  • Outils

Le diagramme ci-dessous présente les composants de ces éléments fondamentaux.

EAGovernanceElements

Lors de la mise en place de la gouvernance de l’AE, il est essentiel de traiter chacun de ces éléments.

 

Principes directifs de la gouvernance de l’AE

Les principes directeurs principaux pour la mise en place d’une gouvernance réussie de l’AE sont :

  • Discipline : Toutes les parties impliquées doivent s’engager à respecter les procédures, les processus et les structures décisionnelles convenus.
  • Transparence : Toutes les actions mises en œuvre ainsi que l’assistance à la décision seront disponibles pour être inspectées par des organismes agréés et par les prestataires.
  • Indépendance : mise en place de tous les processus, des prises de décision et des mécanismes utilisés pour minimiser ou éviter les conflits d’intérêts potentiels.
  • Imputabilité : des groupes identifiables au sein de l’organisation, par ex. le conseil de gouvernance qui prend des décisions ou réalise des actions, sont autorisés à prendre des actions et doivent rendre compte de leurs actions.
  • Responsabilité : chaque partie qui se voit confier une tâche doit agir de manière responsable envers l’organisation et ses acteurs.
  • Équité : l’ensemble des décisions prises, des processus utilisés et de leur mise en œuvre ne doit pas créer d’avantage injuste à l’une des parties en particulier.

La gouvernance de l’AE sur les processus de livraison des solutions informatiques d’une organisation se concentre sur la réalisation de certaines fonctions : Ces fonctions incluent :

  • Standardisation : développement et promotion de standards informatiques à l’échelle de l’entreprise.
  • Cohérence : permettre d’atteindre les niveaux requis d'intégration et d'interopérabilité des informations, des processus et des applications.
  • Réutilisabilité : stratégies et moyens d’appui qui réutilisent et exploitent les actifs informatiques au niveau de la conception, de la mise en œuvre et du portefeuille. Ceci peut inclure des réflexions sur les processus, la gouvernance et le référentiel des actifs.
  • Qualité : fournir des solutions qui répondent aux exigences fonctionnelles et techniques d’une entreprise, avec un processus de gestion du cycle de vie qui garantit la qualité des solutions.
  • Rentabilité et efficience : exploitation de normes, réutilisation et qualité grâce à des processus de gouvernance des décisions reproductibles, qui permettent de réduire les niveaux de coût total du cycle de vie des solutions ainsi qu’une meilleure réalisation des investissements informatiques.

 

Structure organisationnelle

L’organisation de l’architecture d’entreprise est instaurée pour développer et favoriser l’adoption des capacités de conception, de révision, d’exécution et de gouvernance autour de l’AE. Ces capacités comprennent quelques éléments clés, dont :

  • Cadres de l’AE : un ensemble de normes, de procédures et de protocoles d’exploitation qui guident et dirigent les décisions concernant l’adoption, la réutilisation, le reporting et le retrait des technologies de l’information dans les organisations. Cet ensemble inclut des principes de guidage, des méthodes, des procédures, des métriques, des bonnes pratiques et des modèles de référence.
  • Comité de révision de l’AE : un Comité de révision de l’architecture (ARB, Architecture Review Board) avec le soutien de la direction générale de l’informatique d’entreprise afin de piloter la mise en œuvre des définitions de la stratégie et du cadre de la gouvernance des technologies.
  • Conformité de l’AE : la définition d’une stratégie de conformité de l’AE et la mise en place d’un ensemble de processus constants et reproductibles afin de garantir cette stratégie de la conformité de l’AE. La mise en œuvre des responsabilités organisationnelles et des structures adaptées, afin de soutenir les processus de gouvernance de l’architecture et les exigences en termes de reporting.

 

Rôles et responsabilités de la gouvernance de l’AE

Les rôles et responsabilités au sein de l’AE couvrent un large éventail d’activités, dont :

  • Fournir le leadership et la communication
  • Imaginer, diriger et guider le développement de la conformité de l’architecture globale des solutions grâce à la transformation informatique.
  • Comprendre les domaines métiers, associés au modèle des capacités métiers
  • Comprendre les technologies, associées au modèle des capacités technologiques
  • Mettre en place et entretenir le lien entre la mise en œuvre de l’architecture, la stratégie architecturale et les objectifs intégrés dans l’architecture d’entreprise, et les objectifs stratégiques de l’entreprise
  • Fournir un mécanisme pour l’acceptation et l’approbation formelles de l’architecture par l’intermédiaire d’un consensus et d’une publication autorisée
  • Fournir un mécanisme de contrôle fondamental pour garantir la mise en œuvre efficace de l’architecture
  • Fournir l’architecture de solutions et les compétences de conception

Les dirigeants de l’AE doivent travailler sur l’intégration plutôt que sur la mise en phase du métier et de l’informatique. L’accent doit être mis sur la réalisation de la stratégie métier et pas seulement sur l’assurance et la conformité.

Processus de la gouvernance de l’AE

Le processus est une séquence d’opérations ou d’événements, qui gaspillent potentiellement du temps, de l’espace, de l’expertise ou d’autres ressources, et qui produisent des résultats spécifiques.

Les processus de gouvernance de l’AE sont des éléments essentiels du cadre global de la gouvernance de l’AE, utilisés pour mettre en œuvre des solutions technologiques. Les cinq processus principaux sont :

  • Le processus de documentation de l’architecture
  • Le processus de révision de l’architecture
  • Le processus de communication de l’architecture
  • Le processus de conformité de l’architecture
  • Le processus de vitalité du cadre de l’architecture

 

Taxonomie de l’AE

La taxonomie est un ensemble de termes définis accompagnés d’une description cohérente des composants clés et de la structure conceptuelle de l’architecture. Les définitions spécifiques des concepts et termes clés sont les suivantes :

  • Approche : un moyen par lequel une tâche, une activité ou un processus est exécuté et dans lequel la performance est mesurée afin de répondre à des critères qui couvrent les principes, les politiques, les systèmes, les processus, les approches et les techniques.
  • Bonne pratique : une méthode de réalisation d’une fonction ou d’un processus métier qui est supérieure à toutes les autres méthodes connues.
  • Ébauches :
    • Un plan, ou guide, couramment utilisé dans la construction, établi avec logique et incluant les éléments essentiels à traiter et à suivre pendant l’avancement de la construction.
    • Une ébauche est un plan et/ou une conception qui documente l’architecture de l’entreprise.
  • Principes directeurs : les principes sont des règles et des directives générales, prévues pour être persistantes et rarement modifiées, qui informent sur la manière dont une organisation réalise sa mission et la soutiennent.
  • Méthodologies : une méthodologie représente un ensemble d’idées concrètes et de pratiques éprouvées pour un domaine d’activité donné, comme la planification, le développement de la conception ou la gestion des systèmes informatiques.
  • Protocoles :
    • Règles gouvernant l’émission et la réception des données.
    • Norme qui spécifie le format des données ainsi que les règles à suivre dans la communication des données et les environnements réseau.
    • Règles d’engagement entre les divers rôles lors de l'exercice d'une fonction ou d'un service.
  • Normes : un ensemble de critères (certains d’entre eux pouvant être obligatoires), de directives volontaires et de bonnes pratiques. Les directives et les normes de l’AE imposent que :
    • La portée, la planification et la définition de l’architecture doivent être correctement établies sur la base de l’utilisation envisagée de l’architecture en développant et promouvant les normes à l’échelle de l’entreprise.
    • L’architecture de l’entreprise doit refléter le plan stratégique de l’organisation.
    • L’architecture évolue constamment et nécessite une transition.
    • L’architecture doit permettre à des systèmes matériels et logiciels hétérogènes de se connecter et de s’intégrer les uns aux autres. Ils doivent échanger des données pour réaliser les transactions métiers souhaitées.
    • L’architecture d’entreprise devra continuer à actualiser et à mettre à jour le cadre ainsi que la taxonomie, ainsi qu’améliorer le modèle de l’architecture d’entreprise.
    • Le département informatique de l’entreprise doit fournir une orientation sur les politiques, une assistance à la définition, à la conception et à la mise en œuvre de la discipline de l’architecture, ainsi que des pratiques sur l’ensemble de l’organisation.
    • Permettre de profiter de manière uniforme des normes, de la réutilisation et de la qualité grâce à des processus de prise de décisions reproductibles, qui permettent une réduction des coûts des solutions et une meilleure réalisation des investissements informatiques.
    • Stratégies pour appuyer les moyens de réutilisation et d’exploitation des actifs informatiques au niveau de la conception, de la mise en œuvre et du portefeuille. Ceci peut inclure des processus, la gouvernance et des référentiels d’actifs.

 

Métriques de l’AE

Les métriques estiment l’avancement de l’AE au cours des premières phases de la mise en œuvre de l’AE. Elles aident également à mesurer l’efficience et l’efficacité de l’AE afin de garantir qu’une véritable valeur est apportée à l’entreprise.

La mesure des métriques de l’AE est nécessaire pour :

  • Déterminer la satisfaction du client en termes d’efficacité et d’efficience du processus ou du service
  • Identifier les opportunités d’amélioration
  • Prendre des décisions basées sur des faits et des données

Les mesures doivent :

  • Traduire les attentes de l’organisation en objectifs
  • Évaluer la qualité des processus
  • Suivre les améliorations
  • Soutenir les stratégies de l’entreprise
Pour que le programme d’AE soit couronné de succès, il doit être périodiquement suivi et mesuré à l’aide d’un ensemble de métriques définies. L’état des métriques sur l’ensemble d’une organisation peut être capturé, présenté et communiqué de manière efficace à l’aide de tableaux de bord d’AE.

Outils de l’AE

Les outils d’architecture d’entreprise assurent la capture, le stockage, la structuration et l’analyse des informations qui se rapportent à l’architecture d’entreprise.

Les outils d’AE fournissent un support à la prise de décision stratégique en appréhendant les contextes essentiels de l’entreprise, ainsi que des capacités de développement et d’analyse de contenu à travers les architectures d’entreprise, d’information, de technologie et de solution.

Ils aident les acteurs à analyser et optimiser le portefeuille des stratégies métiers, les structures organisationnelles, les processus, tâches et activités métiers, les flux d’informations, les applications et l’infrastructure technologique.

Un outil d’AE couvre les caractéristiques fonctionnelles suivantes :

  • Capacités métiers
  • Prise en charge du cadre et des normes
  • Capacité à créer ou importer des modèles et des artefacts
  • Référentiel et métamodèle solides et flexibles
  • Facilité d’utilisation
  • Intégration à de multiples outils utilisés par l’entreprise
  • Capacité d’incidence à tous les niveaux des domaines de l’entreprise
  • Capacités administratives à répondre à divers besoins comme la sécurité, le contrôle par audit, la collaboration, la configuration et la gestion des versions

Conclusion

Une structure de la gouvernance de l’architecture d’entreprise bien conçue peut être essentielle en vue de réduire les coûts et les risques liés à l'informatique, tout en accélérant la prise de décision et la livraison. La gouvernance de l’AE garantit qu’un programme d’AE est correctement géré afin de produire des artefacts et des plans réellement représentatifs des objectifs et des exigences organisationnels. De même, la gouvernance de l’AE garantit que les décisions d’investissements sont en phase avec l’AE, depuis le lancement jusqu’à la mise en œuvre.

La gouvernance est un aspect important de toute initiative de changement. L’AE n’est pas une exception. La gouvernance fournit une plate-forme permettant aux divers acteurs d’interagir régulièrement et de maintenir l’architecture d’entreprise.

La définition d’un programme d’AE ne devrait pas s’étaler sur plusieurs années. Elle devrait fournir de la valeur pour l’entreprise en peu de temps. Le résultat du programme doit être exploitable, et son incidence – pas son activité – doit toujours pouvoir être mesurée.

Dans l’AE moderne, l’approche Tour d’ivoire de la gouvernance de l’AE ne fonctionne pas. Cette approche conduit à l’échec des programmes d’AE, en particulier quand le programme ne prend pas en compte les demandes des entreprises numériques, guidées par le basculement de la création de valeur vers les écosystèmes, les plates-formes et une architecture dirigée vers l’extérieur. Le rôle de la gouvernance de l’AE dans l’AE moderne est résumé ci-dessous :

  • Ne pas se focaliser sur l’architecture actuelle
  • Continuer à faire avancer les programmes d’AE jusqu’au niveau de maturité suivant
  • Comprendre la stratégie métier de l’organisation, ses modèles métiers et objectifs, et déterminer comme l’AE peut aider à apporter de la valeur à l’entreprise
  • Ne pas être distrait par les cadres de l’AE, les modèles de référence de l’industrie, la gouvernance et les outils de l’AE
  • Mettre l’accent sur un « Centre d’excellence » de l’AE plutôt que sur la gouvernance haut-bas actuelle
  • Adopter une approche d’innovation continue pour les programmes d’AE ; peaufiner chaque cycle
  • Ne pas utiliser d’outils de l’AE sans en comprendre les cas d’utilisation et les capacités

Note du rédacteur

Ce document a été fourni par Dr Gopala Krishna Behara, architecte d’entreprise senior dans la division GEA Practice de Wipro. Il possède une expérience de plus de 22 ans dans les technologies de l’information et peut être contacté par e-mail à l’adresse gopalkrishna.behra@wipro.com. L’auteur remercie Hari Kishan Burle et Raju Alluri, de GEA Practice chez Wipro Technologies de l'assistance et des connaissances qu'ils ont fournies lors de l’écriture de cet article.

Clause de non-responsabilité

Les opinions exprimées dans cet article/cette présentation sont celles des auteurs. Wipro ne souscrit pas au contenu ou à la véracité de ces opinions.

poster gratuit

Une gouvernance de l´architecture
d´entreprise intelligente dans un monde agile

Téléchargez le poster gratuit!

EN-EA-Governance_Poster_Landing_Page_Preview
check-alt

Comprendre la gouvernance de l´AE et ses cadres

check-alt

Débloquer les avantages de la gouvernance de l´AE

check-alt

Apprendre les principes de la gouvernance de l´AE

check-alt

Profiter de la LeanIX EA Suite pour diriger la gouvernance dans des environnements agiles